Les arts de l’Islam au Louvre – que voir ?

Bonjour à tous ! Je vous ai proposé dans le dernier sondage de choisir votre article, et la majorité a décidé d’une idée de sortie au musée, c’est pourquoi je vous présente une visite que j’ai testée au Louvre : les départements des arts de l’Islam.

Il y a quelques jours, j’y suis allée pour visiter ce département rénové qui contient de magnifiques objets d’arts. Aspect non négligeable de la visite : j’y suis allée cet été un jour de pointe et le département était presque vide, donc j’ai pu profiter du calme et visiter tranquillement !

Seul bémol : le manque cruel d’explication sur l’usage des objets. La contextualisation historique est bien trop faible à mon goût ; les objets sont plutôt considérés du point de vue de l’art et de ses évolutions dans le monde islamique. Gabriel Martinez-Gros, historien médiéviste, intervient dans une video de deux minutes sur l’histoire des mamelouks, dans la deuxième salle ; ce n’est vraiment pas beaucoup, mais c’est déjà ça !

Mais alors, est-il intéressant d’y aller faire un tour quand on est novice comme moi ?

La nouvelle salle des arts de l'Islam au Louvre

La nouvelle salle des arts de l’Islam au Louvre

Oui, bien sûr, il y a tout de même des choses à apprendre et beaucoup à découvrir !

Voici quelques aperçus pour vous donner envie d’y aller :

Lion

414544_4781115447792_878380529_o 334467_4781144608521_373895920_o 135632_4781124008006_1042136675_o

Quelques repères historiques sont donnés en début d’exposition : l’apparition de l’Islam au VIIe siècle, son expansion jusqu’en Espagne et jusqu’en Inde. La collection parcourt les arts de l’Islam jusqu’au XIXe siècle. Le site de la BNF fournit une chronologie du monde arabe plus fine et plus complète.

Il est aussi peut-être mieux de préparer la visite si vous le pouvez. Je vous conseille tout d’abord de voir le mini-site du Louvre dédié à ce département et qui présente quelques oeuvres bien mieux que sur place.

Ensuite, on peut trouver et lire quelques livres sur le sujet, que vous pourrez trouver dans votre bibliothèque municipale ou dans une librairie.

Les arts de l'Islam au Musée du Louvre. Album

Les arts de l’Islam au Musée du Louvre. Album

M. Clark, M. Chebel, L'Islam pour les nuls, 2008

M. Clark, M. Chebel, L’Islam pour les nuls, 2008

La préparation est d’autant plus importante si vous y allez avec un enfant. Adultes, vous pouvez faire face à cette rencontre avec un art qui nous est mal connu, mais pour les plus jeunes, ce peut être très vite ennuyeux et difficile à suivre. Voici donc quelques idées pour une visite agréable.

Dans les documents disponibles pour les enfants, j’ai remarqué un livre très bien fait et plein d’explications, au point qu’on pourrait le recommander aussi aux adultes : Comment parler des arts de l’Islam aux enfants, de Rosène Declémenti. Ce livre choisit quelques oeuvres majeures.

Rosène Declémenti, Comment parler des arts de l'Islam aux enfants, Le baron perché Editions, 2013

Rosène Declémenti, Comment parler des arts de l’Islam aux enfants, Le baron perché Editions, 2013

J’ai noté aussi l’existence du Dvd « 1 minute au musée » dédiés aux arts de l’Islam ; il est vraiment très bien et aborde beaucoup d’oeuvres. Voici le sommaire disponible sur le site de la boutique du Louvre.

1 minute au musée les arts de l'Islam

1 minute au musée les arts de l’Islam

 

Mais, pour improviser, vous pouvez aussi vous concentrer sur quelques oeuvres, voire une seule pour la première fois, surtout pour les plus petits : l’activité peut être de reconnaître les nombreux animaux présents sur certaines oeuvres, comme sur ce panneau aux paons ou sur le pyxide d’al-Mughira par exemple (vous en trouverez la présentation ici : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/pyxide-d-al-mughira).

Vous pouvez aussi jouer sur les couleurs et proposer de dessiner : comme pour l’hippopotame égyptien, le turquoise est souvent à l’honneur et les couleurs sont souvent chatoyantes !

Panneau aux paons, Ispahan, Iran, 1642-1666, Louvre

Panneau aux paons, Ispahan, Iran, 1642-1666, Louvre

J’espère que cet article vous donnera envie d’y aller ; si vous avez déjà visité ce département, n’hésitez pas à nous faire par de vos remarques et expérience en commentaire!

Comme d’habitude, je vous invite à voter pour l’article de la semaine prochaine !

Idée de sortie – que voir au musée du Louvre avec les enfants ?

L’hippopotame bleu d’Egypte

Les hippopotames bleus d’Egypte ancienne sont parmi les objets les plus beaux et les plus curieux pour les amoureux de cette période historique et pour les visiteurs du Louvre.  Voici la page du Louvre où vous pouvez avoir une vue plein écran : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/figurine-dhippopotame. Le couleur turquoise chatoyante et leur air sympathique peut certainement séduire tous les enfants ! 

L’hippopotame du Louvre date de la XVIIe dynastie, soit le Moyen Empire,  entre environ – 1650 à –  1530 avant notre ère. Les statuettes d’hippopotame étaient destinées à être placées dans les sépultures des hauts fonctionnaires. Le dessin sur leur corps est composé de plantes et de fleur de lotus ; elles évoquent le Noun originel, la naissance du monde. 

A mon avis, cette couleur bleu turquoise est une invitation claire au coloriage !! Pensez à venir avec un carnet et avec des crayons de couleurs, il pourrait être sympa de proposer à votre enfant de dessiner et/ou de colorier l’hippopotame avec son plus beau crayon bleu, ou, pourquoi pas, une autre couleur ! (Pour les tous petits, si le dessin de l’hippopotame est trop difficile, vous pouvez télécharger gratuitement un dessin sur internet avant votre visite, afin qu’il ne lui reste plus qu’à colorier)

 

Détail pratique : l’hippopotame est au département des antiquités égyptiennes du Louvre, aile Sully, 1er étage, vitrine 6 !

louvre-antiquites-egyptiennes-salle

Pour terminer, je ne peux résister de mentionner ce poème de Théophile Gautier qui chante la sérénité de l’hippopotame : 

« L’hippopotame au large ventre
Habite aux Jungles de Java,
Où grondent, au fond de chaque antre,
Plus de monstres qu’on n’en rêva.

Le boa se déroule et siffle,
Le tigre fait son hurlement,
Le buffle en colère renifle ;
Lui, dort ou pait tranquillement.

Il ne craint ni kriss ni zagaies,
Il regarde l’homme sans fuir,
Et rit des balles des cipayes
Qui rebondissent sur son cuir.

Je suis comme l’hippopotame :
De ma conviction couvert,
Forte armure que rien n’entame,
Je vais sans peur par le désert. »

Théophile Gautier, La Comédie de la Mort