H pour M. Hirigay: une lettre à un soldat de Turin

H pour Hirigay : Monsieur Hirigay, Auguste, soldat au 2e régiment de Savoie… Une lettre de la part de ses parents.

Dans la liasse inconnue de lettres, achetée à un antiquaire à Orléans, j’ai trouvé plusieurs  lettres commerciales du XVIIIe et de la Révolution. A l’occasion de la lettre H, j’ai pensé à cette lettre touchante.

Lettre Mirigay

Auguste Hirigay est soldat au régiment de Savoie et il vient d’arriver à Turin. Il reçoit une lettre de son père, de Bonneville en Haute-Savoie, écrite le 4 février 1837.

La chance de cette lettre est qu’elle est très bien écrite et très lisible, malgré de nombreuses fautes d’orthographe ou des fautes induites par une confusion de sons (ex: « aitre » au lieu de « être »).

Le père d’Auguste s’inquiète pour son fils :

Lecture du document

Lettre Mirigay 1Lettre Mirigay 2

lettre-mirigay-3.jpeg

Analyse du document

  • tout d’abord sur la nature du document : la lettre est en papier assez épais, mais sa facture n’a rien à voir avec celle du XVIIIe siècle : le papier n’a pas de nervure ni de marque de l’artisan en transparence. Une marge et des lignes ont été tracées au crayon de papier pour structurer la lettre. Comme au XVIIIe, la lettre n’a pas d’enveloppe : elle a été pliée et scellée et l’adresse a été écrite sur la lettre pliée.
  • Ensuite, le contexte : Nous sommes en 1837, sous la monarchie de Juillet en France. La Savoie et Turin appartiennent au royaume de Savoie-Sardaigne.
  • Enfin, dans le contenu : on sent un certain lyrisme dans la dernière partie de la lettre, celle qui évoque les sentiments de la mère et du père d’Auguste. Il semble acceptable pour un homme (et pour une femme) à cette époque, qui est celle du romantisme, d’exprimer aussi clairement les sentiments. On voit qu’Auguste bénéficie du soutien de sa famille proche : ses frères, sa mère et bien-sûr son père.
  • Le père d’Auguste, Aimé, semble très soucieux de ce qui peut arriver à son fils dans le régiment de Savoie. Il cherche des contacts, des gens qui pourraient lui être un appui dans son escadre (2e page scannée). Mais pourquoi dit-il « il faloit te défendre par ma lettre » ? Auguste se trouve-t-il dans une position difficile ? A-t-il besoin de soutien pour être défendue dans une situation où il est mis en cause ? Il semble que oui à cause de cette phrase : « il nous a promis de faire tout ce qu’il pourrait pour toi et qu’il leur ferait connaître ce que tu es » (2e page).

Un document qui révèle la vie familiale de personnes qui ne sont pas mes ancêtres, mais dont on se sent proche par l’expression des sentiments. Il restera quelques questions auxquelles je n’aurai certainement jamais de réponses…

Publicités

Pour participer à la discussion, c'est par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s