U comme Ursulines : une religieuse dans votre arbre ?

Dans le cadre du #Challenge AZ, ces derniers jours inaugurent une série de lettres de plus en difficiles à utiliser ; aujourd’hui le U. Les Ursulines sont des religieuses ; si vous en avez dans votre généalogie, vous serez peut-être curieux de découvrir quelle était leurs conditions de vie et leurs tâches quotidiennes.

Plusieurs questions peuvent être posées : tout d’abord, qui étaient les Ursulines ? Pourquoi les retrouve-t-on au Québec ?

1) un ordre créé durant la réforme du catholicisme

Les ursulines sont à l’origine un groupe de femmes ayant fait voeux de chasteté ; groupe initié par Angèle Merici à Brescia. Comme pour beaucoup d’ordres religieux, leur naissance eut lieu en Italie.  Elles pouvaient continuer à vivre dans le monde séculier, tout en obéissant à une supérieur et en faisant des oraisons comme les autres religieuses. Le pape Paul III approuva la compagnie en 1544.

Charles Borromée, célèbre réformateur italien de l’Eglise après le Concile de Trente, installa les religieuses à Milan en 1576. Il orienta l’ordre vers l’éducation pour les filles et les encouragea l’organisation en communauté (vie cénobitique).

Les premières communautés françaises sont nées dans les années 1590, sous l’impulsion de Françoise de Bermond et César de Bus : la première communauté est celle de l’Isle-la-Sorgue en 1592.

Les créations de couvents datent surtout de la première moitié du XVIIe siècle ; ensuite le rythme s’essoufle.

Des communautés sont fondées outre-mer : au Canada par Marie de l’Incarnation en 1639, à la Martinique en 1682, en Louisiane en 1727 et à Pondichéry en 1738.

2) Un rôle éducatif majeur pour les filles et les femmes

L’éducation se faisait dans l’internat pour les jeunes filles de familles aisées et par les externats (gratuits), pour les autres. Il y avait aussi des écoles du dimanche pour les femmes qui travaillaient comme les domestiques.

L’enseignement était celui de la lecture et l’écriture. Les jeunes filles aisées avaient des éléments de culture en art, tandis que les autres avaient un enseignement professionnel.

Le couvent des Ursulines à Arras : [photographie de presse], Agence Meurisse, 1915, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13 (2555), Gallica

Le couvent des Ursulines à Arras : [photographie de presse], Agence Meurisse, 1915, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13 (2555), Gallica

3) Trouver des ancêtres religieuses 

Quand on soupçonne quelqu’un d’être entré dans les ordres, on peut penser à regarder les recensements pour confirmer, mais malheureusement il n’y a que Charleville (aujourd’hui Charleville-Mézières) qui a eu des recensements annuels avant 1789 en France ; on peut donc aller directement voir les archives des ordres religieux, dans la série H (clergé régulier) des archives départementales. 

Sur le site de certaines archives départementales, comme le site du Nord présentent et détaillent tous ordres religieux et parmi eux, chaque couvent. 

Remarquable aussi est le site du Rhône, qui fournit une aide à la recherche, une petite-histoire des Ursulines dans le département et une bibliographie. 

Les ursulines étaient très nombreuses depuis le XVIIIe siècle, plus que les  Jésuites, c’est pourquoi il est probable de trouver des membres de famille faisant partie de cet ordre. 

Vu l’importance des ursulines au Québec et au Canada depuis la colonisation française du XVIIe siècle, il est aussi possible de faire des recherches. Le musée des ursulines de Québec a des archives, consultables sur rendez-vous, ; le musée de Trois-Rivières présente aussi des expositions, dont une virtuelle sur l’école. 

Couvent des Ursulines, Dallas, Texas, Raphael Tuck & Sons, 1901-1907, The University of Houston Digital Library

Couvent des Ursulines, Dallas, Texas, Raphael Tuck & Sons, 1901-1907, The University of Houston Digital Library

Avez-vous déjà identifier des religieuses ou des religieux dans votre famille ? Faisaient-ils partie d’ordres répandus comme les jésuites ou les ursulines ? 

Références et lectures complémentaires

L. Bély, Dictionnaire de l’Ancien Régime, PUF, Quadrige, 2010 [1996]

Le n°205 de la Revue Française de Généalogie : http://www.rfgenealogie.com/le-magazine/205-une-religieuse-parmi-vos-ancetres

P. Annaert, Les collèges au féminin. Les Ursulines : enseignement et vie consacrée aux XVIIe et XVIIIe siècles, Namur, 1992.

 

Advertisements

Une réflexion sur “U comme Ursulines : une religieuse dans votre arbre ?

  1. Pingback: Challenge AZ 2014 résultats du petit jeu | L' univers de Céline

Pour participer à la discussion, c'est par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s