O comme Os : où sont enterrés vos ancêtres ?

     15e jour du ChallengeAZ, 15e lettre de l’alphabet : O, comme les Os. Où reposent nos ancêtres ? Dans un roman policier, Code 1879 de Dan Wadell, un généalogiste adjoint à l’enquête va rechercher une information dans un cimetière, en espérant lire quelque chose sur les pierres tombales. 

Vue de l'ancienne Eglise de St Sevêre (de Vienne) prise dans le cimetière, 1788, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EST RESERVE VE-26 (S) - Gallica

Vue de l’ancienne Eglise de St Sevêre (de Vienne) prise dans le cimetière, 1788, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EST RESERVE VE-26 (S) – Gallica

Encore faut-il savoir où chercher, ce qui ne vient pas de soi, car nos ancêtres vivaient souvent ailleurs que nous aujourd’hui.

Il existe en ligne une ressource pour localiser un cimetière ou même un défunt : http://www.cimetieres-de-france.fr. Le site est bien, il donne des informations précises, y compris sur l’emplacement de la tombe, mais j’ai l’impression que tous les cimetières ne sont pas répertoriés. Néanmoins, il m’a permis de découvrir le lieu d’inhumation et les dates de naissance et de décès d’une arrière-arrière-grand-mère maternelle.

Un outil de registre des cimetières parisiens est bientôt en ligne, comme l’explique Revue Française de Généalogie sur son site.  Il existe également une liste des cimetières militaires en France sur le site de l’Association Française d’Information Funéraire

Le mieux reste peut-être encore, si l’on peut, d’aller dans la commune où vivaient ceux recherchés et d’explorer le cimetière.

Pour ce qui est des archives, vous pouvez regarder les actes de décès des registres paroissiaux avant 1792, puisque normalement l’inhumation se fait dans la paroisse où la personne est décédée. Le cimetière est en quelque sorte le point fixateur de la communauté chrétienne du début de l’histoire de la paroisse. Après 1792, ces informations peuvent êtres trouvées dans les registres de catholicité et dans les registres d’Etat civil. Pour avoir plus d’information sur un cimetière en  particulier, on peut regarder les archives municipales, car depuis la loi de Séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905, les cimetières sont gérés par les communes. Voici par exemple le site de Saint-Etienne, qui énumère les archives.

Autre vüe de la partie du Cimetière [des Saints innocents] adossée à la rue de la lingerie et [regardant] l'extrémité de la première vue le 15 février 1786, Charles Louis Bernier, 1786, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE FOL-VE-53 (E) - gallica

Autre vüe de la partie du Cimetière [des Saints innocents] adossée à la rue de la lingerie et [regardant] l’extrémité de la première vue le 15 février 1786, Charles Louis Bernier, 1786, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE FOL-VE-53 (E) – gallica

 Le cimetière des Saints-Innocents, au centre de Paris, fut fermé en 1780 et en 1786 un carrière du lieu-dit la Tombe-Issoire devint un ossuaire pour recevoir les ossements. Cet événement semble résulter d’une évolution plus globale d’éloignement du lieu de sépulture par rapport au lieu de vie. Le 10 mars 1776 une déclaration royale interdit l’inhumation dans les églises, sauf pour quelques hommes d’église. Certains cimetières furent mêmes transférés, sur intervention du procureur général du Parlement, car ils étaient jugés insalubre. 

C’est cette crainte de l’hygiène qui fut un moteur de l’éloignement des cimetières au XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, l’interdiction est renouvelée: le cimetière doit être hors de l’enceinte des villes à partir du décret du 23 prairial an XII (12 juin 1804) et de l’ordonnance du 6 décembre 1843. Cela fut doublé par une meilleure surveillance pour éviter les passages trop fréquents, les pillages et les profanations.  Une mise en ordre se remarque aussi dans les emplacements des tombes : aujourd’hui, les concessions sont ordonnées en cadastres.

Un dernier problème que l’on peut rencontrer dans ses recherches est qu’avant l’édit de Tolérance en 1787, les protestants et les juifs ne pouvaient être enterrés dans le cimetière de la paroisse. Le site du Musée virtuel du Protestantisme explique ce problème : l’interdiction de l’Edit de Nantes a fait place à l’existence de cimetières de familles, même si parfois, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, des cimetières publics protestants étaient tolérés comme à Royan. 

 

Tombeau au Cimetière du Père-Lachaise : [dessin], Henri-Emile Gibert, 19e, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE FOL-VE-53 (E) - gallica

Tombeau au Cimetière du Père-Lachaise : [dessin], Henri-Emile Gibert, 19e, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE FOL-VE-53 (E) – gallica

 Au final, on voit que les cimetières sont en eux-mêmes des sources pour l’histoire des familles et pour compléter les généalogies. Ils donnent des signes matériels du passé et de nos ancêtres. 

Dites nous dans les commentaires si vous avez des astuces pour retrouver un cimetière ou un défunt ou si une visite d’un cimetière vous a particulièrement aidé dans une recherche généalogiques !

Idées de lecture : 

Article très complet sur les recherches dans les cimetières parisiens : L. Abensur-Hazan « Les archives des cimetières parisiens », La revue française de Généalogie, n° 208, oct-nov 2013, p.41-44

F. Lebrun, Les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles, Essaie de démographie et de psychologie historique, La Haye, 1971

M. Lassère, Villes et cimetières de l’Ancien régime à nos jours: le territoire des morts, Ed. L’Harmattan, 1997

M.-F. Arnold, Paris, catacombes : où, quand, comment, pourquoi, Romillat, 1993

Publicités

2 réflexions sur “O comme Os : où sont enterrés vos ancêtres ?

Pour participer à la discussion, c'est par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s