La dame à la Licorne et toutes les autres licornes

Pour les vacances qui arrivent, pourquoi n’iriez-vous avec votre enfant (ou vos enfants) voir La dame à la Licorne, exposée au musée de Cluny  ?

La dame à la Licorne - musée de Cluny

La dame à la Licorne – musée de Cluny

La dame à la licorne a été utilisée pour de nombreuses occasions, et notamment pour le décor de la salle commune des Gryffondor dans Harry Potter : c’est bien la dernière toile, la sixième, la plus mystérieuse qui a été choisie pour l’occasion. La plupart des fans de Harry Potter l’auront déjà remarqué…

Salle commune de Gryffondor dans Harry Potter

Salle commune de Gryffondor dans Harry Potter

La vraie toile fait partie en réalité d’un ensemble de tapisseries de la fin du XVe siècle, commandées par un magistrat lyonnais, et qui représentent chacune un sens : le goût, l’ouïe,  l’odorat, la vue et le toucher. La sixième représente une femme qui range son collier dans son coffre. Sur la tente est écrit  » à mon seul désir », ce qui a pu faire penser que cette  toile représente la volonté comme « sixième sens », mais chacun est libre d’avoir sa propre idée.

Les tapisseries sont très grandes, environ 3 mètres de hauteur pour 2 à 4 mètres de large, ce qui rend l’observation agréable. On peut voir tous les petits détails amusant : des lapins, des singes, des petits chiens, des renards… Tout pour jouer à reconnaître et à compter les animaux !

Détail de La dame à la Licorne

Détail de La dame à la Licorne

Les licornes étaient jusqu’au XVIe siècle, voire XVIIe siècle, assez présentes dans les représentations iconographiques et héraldiques. Leur existence était certaine pour les contemporains, suite à la description de voyageurs en Afrique, peut-être à la suite d’une confusion avec des antilopes.  Leur dessin était variable, comme on peut le voir avec ces extraits de différentes cartes maritimes du XVIe siècle  :

Licorne dans la Carte nautique de Joan Oliva, 1595

Licorne en Afrique dans la Carte nautique de Joan Oliva, 1595, bnf

Licorne dans Atlas nautique de Joan Martines, 1583

Licorne dans l’Atlas nautique de Joan Martines, 1583, bnf

Dans la représentation des cartes, souvent des animaux fantastiques illuminent des espaces « blancs », des lieux peu connus. Pour voir plus d’animaux extraordinaires (comme les sirènes et les dragons) dans les cartes anciennes, la bnf fait une très belle exposition virtuelle : http://expositions.bnf.fr/marine/albums/creatures.

Pourquoi ne pas demander aux enfants leurs propres dessins d’un licorne ? Le résultat peut bien être au final plus convaincant que celui des cartes du XVIe siècle 🙂

Des livres peuvent accompagner votre visite avec votre enfant, si vous le désirez : par exemple, Mon Petit Cluny, de Marie Sellier.

517X6KJA0NL._SX342_

Si vous êtes intéressé(e) par cette oeuvre et que vous voulez en savoir plus sur son histoire, voici la présentation fournie par le musée de Cluny : http://www.musee-moyenage.fr/media/documents-pdf/dossiers-de-presse/dp-dame-la-licorne.pdf.

Sur l’histoire des licornes, un livre d’histoire de référence est paru l’année dernière : Les secrets de la licorne, de Michel Pastoureau et Elisabeth Delahaye.

51ycka-6yJL._SX342_

 

Et voici les dernières créations incroyables autour de l’oeuvre au centre Georges Pompidou !!

 

Publicités

Une réflexion sur “La dame à la Licorne et toutes les autres licornes

Pour participer à la discussion, c'est par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s